English

Don solidaire

Le cabinet a développé une action de don solidaire pour les personnes ayant peu de moyens financiers, restreignant la possibilité d’un suivi ou sa fréquence alors qu’elles traversent une situation difficile et qu’elles montrent une motivation forte à évoluer dans leur problématique.

Concrètement, vous pouvez mettre de l’argent dans une enveloppe que vous remettrez en mains propres à votre thérapeute. Il ou elle s’engage à doubler cette somme et en gratifie ponctuellement une personne qui en a besoin.

Cette personne reçoit ainsi anonymement votre montant ainsi qu’un rabais équivalent de la part de votre thérapeute (par exemple vous mettez 15.-, il/elle met aussi 15.- ; la personne reçoit ainsi un rabais de 30.- sur une séance).

La personne qui reçoit ce don est invitée à mettre un message de remerciement dans l’enveloppe, qui vous sera ensuite remis.

Cliquez ici pour connaître l'histoire...
Un jour je suis tombé sur l’histoire d’un vendeur de pizzas à New York. Il vendait ses tranches de pizza 1$ et proposait de mettre 1$ supplémentaire pour acheter un coupon qui permettrait à un des sans-abris des environs d’avoir une tranche gratuite. Cette histoire m’a tout de suite inspirée et j’ai voulu la transposer dans ma propre pratique professionnelle, ce qui n’était pas aisé car la pizza est un produit alors que la psychothérapie selon la manière que j’essaie de la pratiquer est une relation et une rencontre.

En 2014 j’en suis arrivé au concept suivant : j’offre la possibilité à mes clients de donner de l’argent pour un fonds ; je double cette somme avec mes moyens propres. Je réserve ensuite ce fonds à des personnes ayant peu de moyens financiers, restreignant la possibilité d’un suivi ou sa fréquence alors qu’elles traversent une situation difficile et qu’elles montrent une motivation forte à évoluer dans leur problématique. La personne qui reçoit ce don est invitée à écrire un message de remerciement anonyme pour chaque personne donatrice (y compris le thérapeute), que je transmets aux personnes intéressées. J’ai fixé un plafond par séance pour favoriser l’engagement du client et/ou pour éviter un biais de désengagement qu’une notion de gratuiteté pourrait éventuellement induire.

Je vous écris de Vienne, où je suis au 13ème congrès mondial de psychothérapie centrée sur la personne et expérientielle. J’y ai écouté Maureen o’Hara parler des deux réactions classiques à l’angoisse et l’insécurité que notre monde provoque actuellement : l’effondrement ou le contrôle. Maureen propose une troisième voie, qui est de passer à l’action de manière créative et à l’échelle de l’individu. En lui parlant de cette action de don solidaire, elle a commenté que beaucoup de solutions créatives transforment le problème en solution. Dans le cas de la psychothérapie solidaire, le problème pourrait être l’image que le client a de lui-même (par exemple le fait de solliciter de l’aide psychologique du thérapeute ainsi qu’un soutien financier), et il devient une ressource puisque par ses mots de gratitude, le client devient intégré dans un système de solidarité humanisante et souvent inspirante, où le receveur d’argent devient donneur de gratitude, et le donneur devient receveur. Le système de don a ainsi le potentiel de devenir thérapeutique, car le client fait l’expérience que non seulement son « problème » est accueilli, intégré, mais aussi transformé en ressource.

Thomas Noyer, été 2018